Thursday, 12th December 2019
 
Accueil A la découverte de la Bulgarie Hôtel Hébergement Tours en Bulgarie Merveilles Naturelles Qui Sommes Nous? Contactez Nous

. Select Bulgaria! . Special care and unique experience . WELCOME TO BULGARIA! .

 

English version Deutsch version Française version
 

 

Accueil

A la découverte de la Bulgarie

• Le patrimoine culturel de Bulgarie

• l'Histoire en bref

• La liste de l'UNESCO des sites classes patrimoine mondial

• La Bulgarie ancienne

• Princilales villes

• Villes-musees

• Monasteres

• Merveilles naturelles

Hôtel Hébergement

Tours en Bulgarie

Merveilles Naturelles

Qui Sommes Nous?

Contactez Nous

 

 

Agence de tourisme, siège à Sofia

Tour opérateur
Licence
No 5452

LA LISTE DE L’UNESCO DES SITES CLASSES PATRIMOINE MONDIAL
9 des 812 sites culturels et naturels classés sont en Bulgarie
 
 
Le Tombeau thrace de Kazanlak (classé en 1979) - monument unique de l’art thrace.

Le Tombeau thrace de Kazanlak date de la fin du 4e au 3e siècle av. J.-C. Il s’agit d’une des créations les plus extraordinaires de la culture thrace.

Les traits des contours des peintures murales sont précis et raffinés, témoignant d’une grade habileté artistique. Les compositions sont traitées d’une manière réaliste. La perspective est réalisée par un jeux d’effets claire-obscure, ce qui, à cette époque, constitue une technique nouvelle.

Les experts supposent que les fresques sont l’ouvre de deux artistes, l’un d’eux ayant travaillé probablement sur la voûte et l’autre sur les murs du corridor (dromos). Il est évident que tous les deux, ils étaient de grands maîtres qui excellaient dans la mise en ouvre des techniques picturales helléniques. Cependant, il est évident qu’en même temps les artistes connaissaient parfaitement les traditions, les mours, le mode de vie et l’esprit des Thraces.


Le Tombeau thrace de Sveshtari (1985) - une des découvertes
archéologiques les plus spectaculaires du 20e siècle.

Le tombeau est bâti au 3e siècle av. J.-C. La décoration sculpturale, très bien préservée, présente un grand intérêt: la composition représente 10 cariatides, habillées de costumes exquis. Le visage de chacune d’elles possède des traits strictement individuels qui traduisent l’aspect physique, l’âge, le caractère, l’expression des femmes.


Le cavalier de Madara (1979) - Un bas-relief monumental, taillé à même les rochers. Il s’agit du monument le plus ancien unique en son genre en Europe médiévale (début 8e s.).

La composition consiste en trois figures: un cavalier, un chien et un lion, qui forment un triangle, et qui sont présentés en mouvement. Le bas-relief a été taillé à une hauteur de 23 mètres au-dessus du niveau au pied du massif rocheux. La principale idée de l’artiste en est de glorifier le souverain bulgare dans une scène de triomphe. L’ouvre sculpturale suscite l’admiration même à une distance de 10 km.

Le relief rupestre du Cavalier de Madara témoigne incontestablement de l’épanouissement de la culture des Protobulgares déjà à cette époque reculée.


L’église de Boyana (1979) - Considérés comme les précurseurs du genre du portrait dans l’art européen, les portraits des donateurs de l’église - le sébastocrator Kaloyan et son épouse Dessislava (1259), sont les premières représentations réalistes de
l’art monumental en Europe médiévale.

L’église est située au pied du mont Vitocha. C’est le monument le plus extraordinaire des arts et de l’architecture médiévaux bulgares, ainsi que la preuve de qu’une Renaissance bulgare émergeait déjà près d’un siècle avant la fameuse Renaissance européenne. La partie orientale de l’église a été bâtie la première étant décorée dans sa majeure partie au 11e s. Elle est consacrée à la Vierge Marie. Une deuxième chapelle y a été annexée au milieu du 13e s., la troisième partie (narthex) étant ajoutée au 19e s.

L’immense intérêt que suscite l’église est dû surtout à la qualité des fresques qui décorent son intérieur. Chacune des 240 figures représentées se distingue par sa caractéristique individuelle, très proche de la vie réelle. Il n’y a nulle trace de schématisme, d’abstraction ou de mysticisme dans la manière de peindre les visages des personnages.


Le Monastère de Rila (1983) - Le plus grand des monastères dans les Balkans et parmi les plus imposants en Europe.

Le monastère de Rila est le monument le plus impressionnant du Moyen âge et de l’époque du Réveil national en Bulgarie. C’est un superbe spécimen de l’architecture, de la peinture et de la sculpture sur bois de ces époques-là. Construit à une altitude de 1147 mètres, le monastère est blotti dans un des plus beaux sites du mont Rila (2925 m). Fondé pendant la première moitié du 10e s. au cours de plus d’un millénaire le monastère constitue un haut lieu de la vie spirituelle et culturelle des Bulgares et un gardien rigoureux de leurs traditions et leur esprit national.

L’aspect actuel du monastère remonte au 19e s. Les murs de l’église conventuelle sont décorés de 1200 scènes et portraits peints avec des couleurs vives et harmonieuses. L’iconostase, sculptée sur bois et recouverte de feuilles d’or fines, présente de belles icônes de saints toute en abondant en ornements floraux, zoomorphes, anthropomorphes et géométriques. La retraite monacale a sauvegardé une collection d’icônes du 14e s. au 19e s. Dans le musée du monastère on peut voir quelques uns des plus beaux spécimens de la sculpture sur bois en Bulgarie. La bibliothèque abrite 16 000 volumes y compris 134 vieux manuscrits du 15e au 19e s. ainsi que de nombreux incunables et divers documents de grande valeur historique et artistique.


La ville ancienne de Nessebar (1983) - est réputée pour ses vieilles églises (plus de 40) dont chacune est un joyau de l’architecture médiévale bulgare.

Portant le nom d’un souverain thrace, cette petite ville est un site historique unique d’un pittoresque extraordinaire. La ville est située sur une péninsule rocheuse, reliée à la côte par un isthme assez étroit. Pendant presque 5000 ans diverses civilisations y ont laissé leurs traces dans l’histoire, l’architecture et l’esprit de la ville. Au début les fortifications de Nessebar étaient bâties afin de protéger la population thrace qui l’habitait. Ensuite, elle est devenue successivement cité grecque, colonie romaine, centre de d’une province byzantine, puis bulgare. De magnifiques ensembles architecturaux longent les petites rues sinueuses et étroites, de lourds portails cachent de coquettes petites cours intérieures avec des fleurs, des figuiers et du buis.


Les monastères rupestres d’Ivanovo (1979) - un musée naturel de la peinture médiévale bulgare constitué de 20 églises, chapelles et cellules de moines taillées à même les rochers qui montent à pic le long de la gorge de Roussenski Lom, la rivière qui traverse le village d’Ivanovo.

Les monastères totalisent plus de 300 pièces rupestres. Du 9e s. au 14e s. cette retraite monacale a été considérée comme un des plus grands monastères rupestres en Europe. L’église qui présente un intérêt tout particulier est celle consacré à l’Archange Michel. Son renommée est due surtout à ses magnifiques peintures murales réalisées dans un style très expressif.


Le Park national Pirin (classé en 1983) - est un de des plus impressionnants trésors naturels bulgares.

Il est situé dans la partie sud-ouest du pays sur une superficie de 40 066,7 hectares. La région où s’érigent les plus hauts sommets du mont Pirin est connue pour ses 170 lacs alpins. Cette réserve naturelle totalise près de 2000 rares espèces végétales dont plus de 110 figurent dans la liste du Livre rouge des espèces protégées en Bulgarie. La majeure partie des forêts y sont âgées de plus de 100 ans. Parmi les pins sylvestres il y en a quelques spécimens de plus de mille ans qui se distinguent par une hauteur rarement atteinte par cette espèce d’arbres: 35 m de haut. La riche faune présente, elle-aussi, une grande diversité: chamois, ours, cerfs, biches, renards, loups, perdrix, aigles, faucons, etc.


La Réserve naturelle Srébarna (1983) - c’est la perle du Danube.

Le lac de Srébarna (le Lac d’argent) est situé le long des rives du Danube et couvre une superficie de 902 hectares. Dans la direction Nord-Sud le lac est long de 2,5 km, et, dans celle d’Est-Ouest de 1,8 km. La profondeur moyenne en est de 1,4 m et la maximale de 2,5 - 3 m. Les fameux pélicans dalmatiens qui y nichent sont parmi les espèces qui font la fierté de la réserve et constituent la plus importantes des populations de cette oiseau aquatique en Europe. A part les pélicans dalmatiens Srébarna abrite 179 espèces d’oiseaux, dont 99 continuent d’y nicher.


Select Tours BG
5A Triaditza Str. Office 517 - 1000 SOFIA - BULGARIA
Tel: (+359 2) 981 21 14 - Fax: (+359 2) 981 20 14

office@selecttours-bg.com